Plaie N°5 : Qui nous gouverne vraiment ?

 

Chère lectrice, cher lecteur,

Qui dirige vraiment la France ?

Le Président de la République ?

 

Comme toujours, il faut suivre l’argent

 

Follow the Money comme disent les américains.

Et en suivant la piste de l’argent, on a vite des surprises.

Au sein des organes les plus stratégique de l’État, il y a plus de 600 fonctionnaires mieux payés que Monsieur le Président.

C’est ce qu’a constaté Vincent Jauvert, journaliste au Nouvel Obs, auteur de l’ouvrage « Les Intouchables d’État ». [1]

Grace à quelques précieux contacts, il a pu accéder à un document explosif : la liste « confidentielle » des plus fortes rémunérations de l’administration publique.

Et quand je dis « confidentielle », ce n’est pas un mot en l’air.

 

Cette liste n’est même pas accessible aux ministres

 

M. Jean Arthuis, ancien ministre de l’Économie et des Finances, dit n’avoir eu accès à cette information qu’après plus d’une dizaine de demandes … et 6 mois d’attente. [2]

Et, tenez-vous bien, il l’a reçue sur un papier chimique non-photocopiable.

Lorsqu’on voit qu’un salaire de plus de 200 000 € par an est monnaie courante, on comprend cette discrétion.

Alors posons la question sérieusement.

Est-ce que le siège du pouvoir ne se situe pas plutôt … dans les bureaux des indétrônables « servants de l’Etat » ?

 

L’État profond

 

Le terme est apparu dans les années 1990 pour désigner une élite de fonctionnaires et de dirigeants de la sphère économiques non élus qui, de par leurs positions stratégiques, tiendraient véritablement les rênes du pouvoir.

Les politiciens changent au fil des élections, mais l’État profond reste et impose son agenda auprès des nouveaux élus.

Lors de sa campagne, Donald Trump a beaucoup communiqué sur la nécessité de « drainer le marécage » (Drain the swamp) de Washington et de lutter contre cet « État profond » qui ne défendrait pas vraiment les américains.

Préférant s’épancher sur les outrances du magnat de l’immobilier, nos médias ont peu parlé de cet argument important.

En fait, il a touché au cœur un peuple américain qui se sent dépossédé de sa souveraineté.

Beaucoup pensent que cette promesse de campagne fut une flèche fatale tirée sur le clan Clinton.

Bien-sûr, l’État profond comporte sa part de mythe et peut vite dégénérer en théorie complotiste fourre-tout.

Cette idée n’est reste pas moins très utile pour identifier les noyaux de pouvoir informels qui s’agglutinent autour des gouvernement élus.

Car ceux-ci, sont loin los d’être mythiques et largement documentés. [3]

 

Les indétrônables

 

En analyse des politiques publiques, la puissance de la bureaucratie est reconnue.

Les chercheurs ont même développé une théorie appelée « École des Choix Publics » qui permet notamment de comprendre les mécanismes de décision de la bureaucratie. [4]

Pour faire court, ces universitaires ont découvert que les fonctionnaires agissent également en fonction de leurs propres intérêts et qu’ils ont une grande influence sur l’application des décisions politiques.

Yes Minister, une série anglaise des années 80, que je conseille vivement, retranscrit délicieusement ce phénomène.

Dans un des épisodes, le Ministre tente vainement d’appliquer son programme face à son « secrétaire permanent aux affaires administratives » (qui touche un meilleur salaire que lui). [5]

Le ministre découvre en arrivant dans son bureau, que la machine de l’État est bien plus écrasante que la solidité de ses promesses électorales.

Toute la série décrit une situation ironique : le secrétaire général se révèle être le véritable patron du ministère !

 

Un noyau de pouvoir non officiel

 

Vincent Jauvert, notre journaliste de l’Obs, a été bien plus loin que révéler cette seule liste de salaires.

Il a montré qu’une bonne part était en fait constituée de primes difficiles à expliquer.

On va encore dire que j’exagère…

Sauf que la Cour des Comptes a avoué elle-même qu’il s’agit de « dispositifs de rémunération sans base juridique ». [6]

De son côté, France 2 a diffusé récemment un reportage pour le moins édifiant sur le même sujet. [7]

Ce que l’on y découvre, c’est que ces élites privilégiées proviennent toutes de la même école : l’ENA.

Et lorsqu’ils ne sont pas en train de courir après l’électorat ou insérés dans les rouages de la machine administrative, ils servent de grands groupes privés (la carrière de notre Président en est un bel exemple).

 

Les amours contrariés du public et du privé

 

Bien souvent, ils passent du public au privé, où leur connaissance du secteur public est extrêmement valorisée !

Lors des discussions de comptoir, on avance facilement que ce sont les « grands patrons » qui dirigent la France.

D’autres pensent que ce sont les politiciens.

Dans cette lettre, je vous explique qu’il faut aussi compter avec les bureaucrates.

 

Et si, finalement, ils ne formaient qu’un seul et même groupe ?

 

Qu’en pensez-vous ?

Je veux votre avis sur les hauts fonctionnaires, leurs traitements princiers et les vrais sièges du pouvoir.

 

 

À votre bonne fortune,

Frédéric Duval

 

Sources :

[1] https://www.lagazettedescommunes.com/567522/la-noblesse-detat-fait-la-loi-vincent-jauvert-auteur-de-les-intouchables-detat/

[2] https://www.contribuables.org/2018/03/les-primes-illegales-des-hauts-fonctionnaires-de-bercy/

[3] http://www.le-politiste.com/les-elites-politiques/

[4] https://wp.unil.ch/bases/2013/07/theorie-des-choix-publics/

[5] https://www.youtube.com/watch?v=qmXzGI0XP7M

[6] https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/la-cour-des-comptes-epingle-encore-les-salaires-pratiques-a-bercy_1970764.html

[7] https://www.francetvinfo.fr/societe/video-hauts-fonctionnaires-le-tresor-de-bercy_3180031.html





81 réponses à “Plaie N°5 : Qui nous gouverne vraiment ?”

  1. dupret yves dit :

    ces verites incontestables sont lourdes de consequences pour le pays, que faire ? le dire, l’annoncer haut et fort devoiler la verite afin que le peuple en prenne conscience

  2. Laurent Rillet dit :

    Et malheureusement ce qui est vrai au niveau national, l’est tout autant au niveau global.

    En fait, il n’y a ni « complot », ni « lutte des classes » ni aucune autre organisation secrète à masque conique.

    Il y a juste une convergence d’intérêts, consciente ou inconsciente, où les plus puissants (c’est à dire les mieux placés) favorisent ceux qu’ils connaissent et cotoient (c’est humain) et donc se favorisent entre eux. Et le « Eux » est l’entre soi de « l’élite » (ou supposé telle) nationale

    Il est possible que des organisations « discrètes » se mettent en place, avant les grands traité internationnaux mérpisant la démocratie par exemple, mais ces organisations ne durent pas réellement. Elles sont mouvantes, de font et se défont au gré des besoins.

  3. À. Hallot dit :

    … En petit complément à toutes ces observations hélas pertinentes et que trop désolentes, je propose pour commencer, sur le mode « pavé dans la marre », un audit de Bercy ! Et en commençant par les 150 puis jusqu’au 600 et puis Ministère par Ministère…
    Ne diriez-vous pas qu’il faut suivre l’argent …!

  4. ROCHEBILIERE PASCAL dit :

    Des centaines de hauts fonctionnaires sont mis à disposition sans aucune activité. exemple : les préfets.
    Rémunération récompense, amicale ou autre. M. Macron dit qu’en traversant la route on trouve un travail. Que ces personnes aient le titre de préfet, pas de problème pour moi, mais qu’ils aillent travailler pour obtenir un salaire et qu’on arrête de les rémunérer à ne rien faire. D’autant plus que bien souvent ils sortent des grandes écoles, je ne pense pas que ce soit un problème pour eux de trouver un job. Malheureusement, il n’y a pas qu’eux, bien d’autres personnes sont rémunérées par un poste honorifique sans contrepartie travail.

  5. Mouchet Jean Pierre dit :

    Un gestionnaire de fortune écrivant parfois dans une grande revue immobilière suisse SPG décrivait la France en ces termes :  » La France est un état dans l’état » Les dépenses d’état sont 40% plus élevées qu’en Allemagne, Les Pays Bas, et beaucoup d’autres pays, toutes proportions gardées. La royauté à été remplacée par une royauté technocratique, nomenklatura oligarchique démocratique à un seul parti politique, soit une dictature démocratique.
    On arrive à un tel point d’utopie économique que les salaires et les retraites des fonctionnaires sont payées avec l’accroissement de la dette. Une pure gabegie qui devrait être supprimée, avec une fédération pour diminuer 40% d’élus et 30% de fonctionnaires. D’ailleurs Mme Lagarde et le FMI s’inquiètent de l’endettement croissant de pays du même type qui vont droit dans le mur, crise de la dette oblige.

  6. Pedro Galiana dit :

    Cet quand meme un peu etonent que vous vous rendez compte maintenent de tout cela. ! Quand cela fait des annees que cet de domain publique et que tout cela avais comence avec le general Degaulle. Puis perpetre et instale avec notre cher Valerie Giscart ( et son afaire de tone de diaments transportes en avion depuis cet qui etait a l’epoque le Bangui.), Ratifier et consolidee par notre inefable Miterrand et ses 40 voleurs. Et depuis cimente, par tous les autres qui ont suivi.
    Oui Il faut une reforme. mais mene aucoeur de l’etat , ses hauts fontionaires et ses brigands. Et pour cela, il faut enlever le pouvoir a l’enea et ses acolites. Rendre a nouveau le pouvoir au peuple et s’saure que ses diputees et senateurs ne sont plus corropues jusca la moille: Mais tout ca; ce ne que une EUTOPIE. Puisque ont et deja en plein dan le Monde de BIG Brother: Ou dans le monde hereux de Wells.

  7. Moira Melgar dit :

    MM dit
    Si vous imaginez que tous les pays de EU soient dans le meme desaroi, et la Commission Europeene est issue de ces milieux……..
    Il y a de quoi avoir peur!

  8. bussereau jean pierre dit :

    le népotisme ,le copinage,atteignent des sommets
    En etre ou pas.
    La France est coupée en deux cela fait le jeu des extremes,des affrontements menant à une guerre civile.
    La France a choisi l’immoralisme,qu’elle l ‘assume.

  9. Verboom Alain dit :

    Les eminences grise (les travailleurs de l’ombre) font la pluie et le beau temps afin d’assurer leurs intérêts sans se préoccuper de leur pays, une honte pour l’humanité entière car le « système » existe dans tous les pays du monde. Sans scrupules et sans état d’âmes, tout cela fait froid dans le dos.

  10. EMILE ETCHEPARE dit :

    Il faudrait faire ce que l’illustre Trump a préconisé.
    Avoir le courage (pour les plus hautes Autorités) de
    faire un immense dragage des marécages et d’assai-
    nir cette situation qui met, sans vergogne, notre
    pays un peu plus dans la mouise.
    Faire le recensement des gens « trop payés » en commençant par les 4 Présidents retraités et en
    allant jusqu’au bout de la chaîne.

  11. William STONE dit :

    L’hydre de Lerne a toujours abrutie et manipulé les peuples pour gouverner à travers l’Histoire qu’elle a elle-même préfabriquée en la structurant de siècle en siècle, tel un rouleau compresseur. Quand l’une de ses têtes tombent, une autre repousse, le principe bien connu du Crime Organisé. C’est le mal à l’état pur, le mal que nous devons combattre, que nous avons laissé grandir et penser à notre place au fil des générations, abandonnant notre libre arbitre sous couvert d’une sécurité factice. La peur n’évite pas le danger et chacun sait à présent que nous n’avons d’autre choix que de nous rassembler pour la détruire en bloc avant qu’elle nous transforme tous en zombie-cybernétique : but avéré de la nomenklatura mondialiste comme le dit si bien notre illustre Attali… Cependant, même dans le ventre de la bête, battons-nous encore et encore… Droit et fort, jusqu’au bout, nous vaincrons le cancer de l’Humanité, l’ennemi de tous les peuples !

  12. Jane dit :

    C’est d’autant plus indésirable et scandaleux : que pour tous les travailleurs, chômeurs, retraités etc,
    hôpitaux et autres institutions, chaque sou reçu est de trop, chaque protection est de trop, tout est bon à raboter, à supprimer, partout et à tout le monde par Bercy, pourvu qu’on ne touche pas à leurs méga-paies à Bercy.
    C’est un scandale qu’il n’y ai pas de transparence.
    Besoin de 200 000 €/mois pour dire que tout le monde coûte trop cher, sauf eux ! Pour réfléchir comment on va enlever 1 €, 5 €, 10 € à ceux-ci ou à ceux-là, pour moi c’est minable. Tous solidaires, tous épuisés, sauf eux.

  13. Christine Planche dit :

    Tout à fait d’accord avec Emile….
    A vous lire, je ne comprends pas pourquoi on a coupé la tête à Louis XVI ?
    Il est certain aujourd’hui, que l’argent n’est pas chez les chômeurs ou les retraités …

  14. VERDIER dit :

    Il est évident que ces vérités doivent être portées à la connaissance du peuple souverain !
    C’est ce qui explique le mouvement des gilets jaunes et qu’ il faut amplifier !
    Il faut également écouter et soutenir Mr François ASSELINEAU président de l’UPR il est très interessant.

  15. michel moufflet dit :

    Beaucoup de choses importantes ont été dites, mais il me semble que personne encore, sauf erreur de ma part, n’a proposé une chose essentielle dont il a été question il y a qqs années :
    SUPPRIMER L’ENA. Cette école ne rassemble pas les meilleurs étudiants qui eux passent par les classes prépa pour intégrer les grandes écoles comme normale sup, polytechnique, centrale, mines, hec, sup de co etc, mais pas pour science po. L’ENA sert avant tout à intégrer une maffia qui permet de gagner beaucoup d’argent en le piquant au plus grand nombre. On commence enfin à s’en rendre compte en constatant la nullité des interventions des députés de l’actuelle majorité présidentielle.

  16. P. Virgile dit :

    Beau travail de journalisme, mais c’est un secret de polichinelle depuis longtemps. Les parlementaires (Francais et Européens) sont graissés pas les lobbys en tout genre, les hauts fonctionnaires de même, et les ministres (comme les parlementaires et présidents successifs) qui défilent en gardant leur retraite bien confortable (à l’inverse des retraités lambda qui ont senti passer la réforme).
    TOUS ne servent que ceux qui ont intérêt à ce que l’argent du plus grand nombre (donc de l’état avec les impôts sur les salaires et les retraites, les taxes en tout genre) circule jusqu’à Eux, par des chemins tout à fait officiels (privatisations des autoroutes, de l’énergie, vente des aéroports, traitement privé des infractions routières-radar automatiques, redressement des banques par l’état après la crise à taux dérisoire, alors que les banques privées prêtent aux états à taux pharaonique pour le remboursement de la dette publique.
    Privatisons les profits, mutualisons les pertes !

    ET SI UN SEUL BLANC-BEC ARRIVE ET VEUT FAIRE LE MENAGE, ILS ONT VITE FAIT DE LE FAIRE TOUCHER AU GRISBI (MALGRÉ LUI SOUVENT) POUR QU’IL RENTRE DANS LE RANG.
    Qui dirige la France ??? Suivez l’argent (public)

  17. Gautier Simone dit :

    Votre article arrive à un moment où nous nous posons tous la question « où est le pouvoir, qui détient le pouvoir » Chez les gilets jaunes j’ai failli chanter « ah ça ira, ça ira, ça ira tous les politiques …. ah ça ira ça ira ça tous les édiles planqués … Le pouvoir est tout d’abord entre les mains des enseignants des classes préparatoires et des enseignants de l’ENA qui forment des QI obèses mais immatures. Puis il y a ceux qui ne réussissent à devenir que des politiques courant après les électeurs et ceux bien au chaud dans la machine étatique ou dans l’internationale du fric. Pardonnez-moi d’arriver à la fin de ma vie si amère

  18. Bernd dit :

    Je plaide depuis longtemps pour la dissolution de l’ENA vraie arme de destruction de la volonté et de la richesse du peuple et partisan d’une bureaucratie etouffante

  19. Pascal ETIENNE dit :

    On peut rémunérer chèrement un manager performant. Cela ne me choque pas.
    Le problème c’est que nos hauts fonctionnaires sont sélectionnés parmi des médiocres (les geeks), formés dans des écoles médiocres (ENA) et affectés d’office et à vie à des postes avec responsabilités opérationnelles. Mais ils ne sont que des administrateurs là où on demande des managers. Et on leur verse des rémunérations de managers, alors qu’ils ne sont qu’administrateurs.
    De plus, la complexité de notre système réglementé donne un avantage aux administrateurs dont ils profitent à plein pour freiner toute évolution qui menacerait leur quiétude d’administrateur.
    Les politiques que nous élisons sont soit complices soit impuissants face aux résistances du système (réglementations, décrets, procédures administratives, lois de circonstance mal finalisées). De plus, ils trahissent leurs promesses personnelles.
    Un pays géré par les seuls administrateurs ne peut pas s’adapter au monde qui évolue.
    Nous, les Français qualifiés, travailleurs, productifs et créatifs, sommes d’ores et déjà morts. Il faudra que nos enfants, pour pouvoir vivre, se décident à émigrer d’un pays où tout s’éteint (sauf les très riches, les 3 Fonctions Publiques et les allocataires de prestations sociales). Cela est déjà bien commencé.
    Une émigration de haut niveau et une immigration de bas niveau écrivent le déstin réel d’une France administrée mais pas gérée. RIP.

  20. annie BRALANT dit :

    qui aura le courage de « faire un grand ménage » ? malheureusement cela fait des décennies que tous ces énarques nous gouvernent et ne pensent qu’à leur propre intérêt !! ils se moquent éperdument de nous, de la France et du futur de notre planète !! !

  21. DUFOSSE dit :

    OUI EN COMMENCANT PAR LES 4 PRESIDENTS RETRAITES TROP TROP PAYES ET APRES TOUS LES FONCIONNAIRES SCANDALEUX DEPUIS DES ANNEES C’EST COMME CA POUR CELA QUE LA FRANCE EST MAL EN POINT.

  22. Michel Carrière dit :

    Bonjour,

    Honnêtement, je ne sais pas quelle est l’importance relative de cette caste de l’ENA ou des « causes » que vous tentez de définir.
    Je crois qu’on prend vraiment la lunette par le petit bout et qu’il faudrait en réalité y ajouter toutes les autres sphères qui s’interpénètrent.
    Les américains parlent de « revolving doors » et nous avons maintenant en France occupée cette même dérive affairiste.

    Il convient d’y ajouter :
    – la pression (les demandes) du monde des affaires avec les lobbies, les « investisseurs », les conseils d’administration, le Medef,
    – celles de la finance : BCE, OCDE, FMI, Wall Street, la City,
    – les contraintes qui viennent de « l’union » €uropéenne, dont les feuilles de routes libérales (GOPE) sont suivies scrupuleusement par nos « dirigeants ».
    – auxquelles s’ajoutent encore les échanges et décisions issues de groupes de « réflexion » : Bilderberg, Le Siècle, Trilatérale, G20, etc.
    – sans parler des loges maçonniques.

    Jusqu’à quel point les exigences de l’UE sont-elles le prétexte que nos « dirigeants » utilisent pour se défausser à bon compte de décisions auxquelles il est probable qu’ils aient pris part ? Je me pose encore la question.
    Bref !

    Parler d’État profond, c’est parler de tout ce microcosme responsable de la marche du monde, que notre simulacre de « démocratie » avec nos élections et les mascarades de nos présidents et politiciens s’évertuent à camoufler.

    Et, malgré l’évidence, il subsiste une fraction largement majoritaire de la population qui continue à croire et se contenter des sornettes et des silences que leur ressassent quotidiennement et unanimement l’ensemble de nos médias publics et privés.

    Ce faisant, on peut toujours ensuite se gargariser « d’écologie », de droits de l’homme, de protection de la planète, de lutte contre le réchauffement, pour la paix, pour la préservation des ressources, tous ces mots d’ordre resteront tranquillement lettre morte tant qu’on n’aura pas mis un terme à ce « système », alors même que tous les voyants d’alerte sont au rouge.

  23. DEBREUQUE.MARC dit :

    MASCARADE DITES VOUS ?
    MASCARADE IL Y A
    ON N ECOUTE PAS SURTOUT CAR ON NE VEUX PAS ECOUTER
    ON EST CONDITIONNE

    QUAND TOUT VA BIEN TOUT SE PASSE TOUT SEUL
    SEULEMENT ON DECOUVRE MAINTENANT QUE RIEN NE VA PLUS
    ET LA MISE EN PLACE DE L EUROPE EST POUR EMPECHER LES GENS D OU QU ILS VIENNENT SE DEFENDRE

  24. Grassin dit :

    Ces hauts fonctionnaires sont à la solde de la finance mondialisée prédatrice et chargées de surveiller ce pouvoir tout en assurant le promotion des intérêts de leurs maîtres

  25. Maria dit :

    A mon sens, le problème n’est pas nouveau, il est même très, très ancien, voire chronique : il y a ceux qui dirigent, dirigés eux-même par ceux qui tirent les ficelles en coulisses, et puis les autres, nous, le peuple, qui s’en sortent plus ou moins, ou pas du tout, c’est selon. Et ceux qui tirent les ficelles travaillent « discrètement », dans l’ombre. Ils sont mouvants, s’adaptent selon les époques et c’est comme cela qu’ils les traversent. Mais les « masses » commencent à se réveiller et à trouver cela pas normal du tout, à demander des comptes, …enfin ! A quand le « 100 ème singe » qui permettra que tout bascule pour remettre les choses à plat et repartir sur des bases saines. C’est le comment qui m’inquiète car « l’ombre » commence à sentir que le « début de la fin » se profile et elle est prête à tout.

  26. Maria dit :

    A mon sens, le problème est très, très ancien, voire chronique : il y a les dirigeants qui nous gouvernent, dirigés eux-mêmes par une poignée d’individus qui tirent les ficelles « dans l’ombre », et puis nous, les autres qui, selon les cas, tirent leur épingle du jeu convenablement, ou plus ou moins bien, voire pas du tout. On nous ment depuis toujours et on fait en sorte de nous monter les uns contre les autres. « Diviser pour régner » : jamais peut-être la devise n’a été autant d’actualité. Mais les « masses » commencent à s’éveiller…, enfin ! Et les marionnettistes le savent, le sentent, et craignent que ce soit « le début de la fin ». Alors, ils sont prêts à tout pour garder leurs privilèges. A quand le « 100 ème singe » qui fera basculer la tendance ? A quand une remise à plat du système ? Mais dans quelles conditions ? Que la paix soit dans les coeurs !!

  27. Dubourget Edith dit :

    Parlons bien mais parlons net,le gros problème c’est Bercy.Tout part de là.Sous Hollande,le Ministre des armées Monsieur Le Drian a tenu tête à cette caste pour que l’armée garde le maximum de subventions que l’on leur avaient octroyées pour l’année mais comme d’habitude au mois d’octobre de chaque année ,on revoit le budget et là,les finances sont en déficit et que fait Bercy,il va prendre l’argent où on ne dira rien.Mais maintenant l’armée ne suffit plus,il faut donc inventer de nouvelles taxes.et je peux vous dire qu’ils vont en inventer.Notre cher Président en connait un rayon.Ces gens là sont les mieux payés et ils trouveront tous les moyens pour retrouver leurs 10 milliards qu’on leur a pris au début l’année 2019.Bercy c’est le nerf de la guerre et la plupart de ces gens là viennent de l’Ena ,cette institution qui est en faillite actuellement,c’est pour vous dire.

  28. CHRISTIAN dit :

    ce qui m attriste dernierement c est de vouloir baisser les assedics des cadres ;;;;;;;;;;;(je ne suis pas concerné) mais tout de meme on rabaisse tout le monde sauf ces fameux 600 personnages…..une « purge » totale s impose et sans ménagement sinon l affrontement sera encore pire et je crains qu il ne soit pas loin….!!!

  29. Robert Moreau dit :

    Je rajouterai parmi les bénéficiaires de privilèges honteux – outre les anciens présidents de ladite république prétendument de « Liberté, Égalité, Fraternité » [SIC] de nos ANCIENS MINISTRES qui en touchent plusieurs milliers d’euros par mois sans rien faire avec en plus des avantages en nature pris sur l’argent public !!! Évidemment, on aurait mieux fait de laisser Louis XVI tranquille, car les histoires sont parties du fait qu’il voulait faire participer cette bourgeoisie à l’effort national alors que seuls les roturiers étaient broyés par les impôts et taxes : fin des privilèges, manipulation des masses qu’ils ont envoyé en première ligne pour faire la révolution pendant qu’ils restaient en arrière du combat ; ils en ont retiré les marrons du feu alors que les pauvres étaient devenus encore plus laminés qu’avant 1789 (terreur, empire, etc…). La situation actuelle y ressemble beaucoup. La mafia de la parasitocratie est prête à TOUT pour garder ses avantages au détriment du peuple qu’elle ne réussit plus à museler totalement grâce aux gilets jaunes ! Le peuple réclame son dû et ces criminels aux rennes du pouvoir vont devoir rendre des comptes. J’attends ces moments avec impatience. Et en attendant, on maintien la pression.

  30. claude Chéron dit :

    vous avez globalement tous raison à un tel point que l’on vois clairement aujourd’hui à travers les gilets jaunes, de quelles façons terribles et démesurées le gouvernement veut à tout prix mettre fin à ce mouvement de défiance qui pourrait mettre en péril, si ça faisait « boule de neige » leurs privilèges.

  31. hamon dit :

    je suis tout -à-fait d’accord avec tout ce qui est écrit ci-dessus, c’est très bien de se mettre en colère verbalement mais quand agirons-nous vraiment et qui sont les courageux qui vont mettre sur pieds le grand chambardement ? et est-ce que tous les français sont prêts à suivre ? nombreux sont ceux qui croient encore toutes les sornettes, les mensonges que serinent les « merdias » à longueur de journée et puis il y a ceux qui sont accrochés à leurs avantages acquis et qui ont trop peur de les perdre sans se rendre compte que de toute façon ils les perdront et que ce sera autrement plus grave. Les vautours qui « dégouvernent » ce pays et qui se repaissent de son sang ont encore, je le crains, de beaux jours devant eux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Website Protected by Spam Master


Partages